Danièle – Répétition #3

La présence d’un palais

Tous les acteurs ou presque sont sur la scène en même temps et se déplacent selon des parcours précis. Ils les travaillent, les retravaillent et les retravailleront sans doute encore car chaque pas, chaque attitude doit se justifier.
Il ne doit pas y avoir de scories.
J’imaginais mal une seule personne ou deux ou trois seulement sur la scène du TAP, s’adressant à nous.
Quant à un décor…
Mais là, les acteurs sont le palais, ses couloirs, une place, les rues…
Un soir, en sortant dans la demi-obscurité du parvis du TAP, prise dans  un vent tourbillonnant, j’ai senti des picotements sur mon visage.
Ma première pensée a été : «  Mais d’où vient ce sable ? ».
J’étais en Épire, sortant du palais de Pyrrhus, pestant contre le vent de sable.
En fait, il neigeait à Poitiers, ce soir-là et il m’a fallu quelques secondes pour revenir dans la réalité.

Cet article a été publié dans Texte. Ajoutez ce permalien à vos favoris.